Qu’est-ce que l’ostéopathie

 
« Je trouve en l’homme un univers en miniature. Je trouve la matière, le mouvement et l’esprit. »
Andrew T. Still Fondateur de l’ostéopathie.

 Définition de l’ostéopathie selon L’OMS :

 

À la suite d’une longue concertation entre les représentants de l’ostéopathie des différentes nations concernées, l’OMS a publié en 2010 un référentiel de l’ostéopathie.

L’ostéopathie y est définie comme suit :

« L’ostéopathie (également dénommée médecine ostéopathique) repose sur l’utilisation du contactmanuel pour le diagnostic et le traitement. Elle prend en compte les relations entre le corps, l’esprit, la raison, la santé et la maladie. Elle place l’accent sur l’intégrité structurelle et fonctionnelle du corps et la tendance intrinsèque de l’organisme à s’auto-guérir.

Les ostéopathes utilisent une grande variété de techniques thérapeutiques manuelles pour améliorer les fonctions physiologiques et/ou soutenir l’homéostasie altérées par des dysfonctions somatiques (les structures du corps), c’est à dire une altération ou une dégradation de la fonction des composantes concernées du système somatique : les structures squelettiques, articulaires, et myofasciales, ainsi que les éléments vasculaires, lymphatiques et neurologiques corrélés. 

Les ostéopathes utilisent leur connaissance des relations entre la structure et la fonction pour optimiser les capacités du corps à s’auto-réguler et à s’auto-guérir. Cette approche holistique de la prise en charge du patient est fondée sur le concept que l’être humain constitue une unité fonctionnelle dynamique, dans laquelle toutes les parties sont reliées entre elles. »

 L’ostéopathie pour quoi?

 

 

Crédit : wwwsophrosteo.com
Crédit : www.sophrosteo.com

 

 

 

L’ostéopathie pour qui?

 

L’ostéopathie s’adresse aux enfants, aux adultes, aux femmes enceintes et aux personnes âgées. Cette classification est justifiée par la différence chez ces personnes, dans leur anatomie, dans leur physiologie, dans la qualité de leurs tissus et dans les contraintes auxquelles elles doivent s’adapter.

D’un point de vue théorique, l’indication thérapeutique ostéopathique est la dysfonction somatique qui apparaît lorsque les capacités d’adaptation de l’organisme aux contraintes de la vie sont perturbées ou dépassées.

La démarche qui conduit une personne à consulter un ostéopathe est en premier lieu la douleur. La colonne vertébrale et les souffrances qu’elle génère, représentent la première cause de consultation en ostéopathie. Le champ d’application de l’ostéopathie s’étend à d’autres troubles fonctionnels qu’une douleur ou une souffrance. On peut définir ceux-ci d’une manière très générale comme une perte ou une moins bonne capacité de l’organisme à effectuer certaines fonctions.

Un bon ostéopathe est susceptible de soulager la plupart des manifestations liées à des troubles fonctionnels …

  • De l’appareil locomoteur : cervicalgies, torticolis, dorsalgies, douleurs intercostales, lumbago, névralgies, entorses, accidents musculaires, tendinites, conséquences des coups du lapin, maux de tête d’origine mécanique.
  • Du système neurovégétatif : dystonie neurovégétative.
  • Du système digestif : dysphagie, gastralgie, reflux gastro-oesophagien, dyspepsies, dyspéristaltisme intestinal, régurgitations, nausées.
  • Du système génito-urinaire : dysménorrhées fonctionnelles, dyspareunies mécaniques, dysurie, prévention des infections urinaires.
  • De la bouche et de la sphère ORL : dysphonie fonctionnelle, préventions des sinusites et otites répétitives, vertiges fonctionnels.
  • Du système respiratoire : dysphrénie fonctionnelle, prévention des bronchites répétitives.

Ainsi que les manifestations rencontrées par le bébé après la naissance : troubles du sommeil, agitation, régurgitations, coliques, plagiocéphalies …

L’ostéopathie est également susceptible d’apporter un bénéfice lors de :

  • L’accompagnement de la grossesse et du post-partum.
  • L’accompagnement des suites d’intervention chirurgicale notamment en cas de thoracotomie et laparotomie.
  • L’accompagnement des traitements orthodontiques.
  • L’accompagnement des traitements des pathologies orthopédiques de l’enfance et de l’adolescence (pied bot, torticolis congénital, scoliose, cyphose…).

L’action est également préventive puisque l’installation des dysfonctionnements est parfois muette de tout symptôme.
Si les tissus sont lésés, l’ostéopathie intervient uniquement comme une thérapie complémentaire pour soulager les effets des lésions tissulaires.

 sources : ROF